Accueil » Qu’est-ce que la Blockchain ?
Blockchain

Qu’est-ce que la Blockchain ?

Blockchain

Qu’est-ce-que la Blockchain ?

La Blockchain est aujourd’hui une technologie des plus tendances ! Tout le monde en parle car elle pourrait complètement bouleverser notre mode de vie. Mais qu’est-ce-que la Blockchain ? Pourquoi est-elle sur toutes les langues ? Quelles sont ses spécificités ? C’est ce que nous allons répondre dans cet article. Suivez le guide !

Les caractéristiques de la Blockchain

La définition de la blockchain

La blockchain (en français bloc de chaines) est un système qui sert à stocker et transférer des données. Les processus de stockage et de transfert sont réalisés de façon sécurisée, transparente et fonctionnant sans organe de contrôle. Cette technologie de chaines de bloc est une sorte d’immense data base qui renferme l’ensemble des échanges effectués sur celle-ci. La première blockchain est fondée l’année 2008 avec la monnaie programmable bitcoin.

La blockchain est un processus contrôlé par la majorité

Cette écriture comptable d’opérations numériques réparties entre plusieurs parties prenantes est une technologie où il est impossible d’effectuer une mise à jour que par consensus entre la majorité des utilisateurs du système. Si ces derniers décidaient, par exemple, d’installer de nouvelles options ou fonctionnalités, la mise en place d’un vote serait indispensable.

La blockchain possède une architecture décentralisée

C’est sans doute l’un des plus grandes spécificités de la blockchain. En effet, cette dernière n’est pas hébergée par un serveur, mais par les utilisateurs. Les informations comprises dans les blocs, que ce soit des transactions, des titres de propriétés ou des contrats, sont protégées par des opérations cryptographiques qui déjouent toute tentative de modification. Ainsi, une donnée, quelle qu’elle soit, ne peut être effacé ni altéré une fois stocké dans la blockchain.

Les différents types de blockchains

Il existe 2 types de blockchains : les « publiques », ouvertes à tous, ainsi que les « privées », dont l’accès et l’emploi sont restreints à un certain nombre d’utilisateurs.

Le mode de fonctionnement de la blockchain

Les blockchains publiques fonctionnent généralement avec une monnaie ou un token (jeton) virtuelle. Cette dernière est également connue sous le nom de monnaie informatique, de cybermonnaie ou de crypto-monnaie. Bitcoin est notamment un exemple de monnaie virtuelle.

Les transactions réalisées entre les parties prenantes (utilisateurs) du réseau sont rassemblées par blocs. Chaque bloc est approuvé par les nœuds du chaînon connus sous le nom de “mineurs”, en fonction des processus qui dépendent de la catégorie de blockchain. Chez Bitcoin, par exemple, ce procédé s’appelle le “Proof-of-Work” (en français : preuve de travail).

Lorsque le bloc est approuvé par l’ensemble des utilisateurs, il est en quelque sorte « millésimé » et adjoint à la chaîne de blocs. La transaction effectuée est ainsi visible par tous, c’est-à-dire par le récepteur ainsi que l’ensemble du réseau.

A noter que cette opération peut prendre un certain temps pour être accompli. Cela dépend évidemment du type de blockchain que vous aurez choisi. Bitcoin met notamment une dizaine de minutes, tandis qu’Ethereum en met 15 secondes.

Les avantages de la Blockchain

Les caractéristiques de la blockchain promettent une pléiade d’avantages hormis la facilitation des processus monétaires.

La technologie présente, en effet, 3 objectifs :

  • Celui de transférer des actifs : monnaie, titres, actions…
  • Celui de garantir une traçabilité efficace d’actifs et produits
  • Et celui d’exécuter automatiquement des contrats que l’on appelle également des « smart contracts »

A noter que les champs d’application sont très larges, que ce soit dans le domaine bancaire, industrielle, agroalimentaire, commerciale, automobile, aéronautique… Bref, tous les secteurs d’activités sont touchés. Avec ses potentiels, le blockchain pourrait sans problème prendre la place des « tiers de confiance » centralisés (à savoir les métiers bancaires, notaires, cadastre,…) par des technologies informatiques distribuées.

Qu’est-ce-que la blockchain bitcoin ?

Le bitcoin est sans doute le cas d’usage le plus célèbre de la technologie blockchain. Fondé en 2008 par un inconnu portant le pseudo de Satoshi Nakamoto, il constitue une crypto-monnaie mais également un protocole de paiement sécurisé et anonyme. Etant classé public, cette blockchain est ouverte à tous. Ainsi, n’importe qui peut y accéder, même les hackers. D’ailleurs, la réputation du bitcoin a quelque peu pris un coup du fait que ce soit la monnaie préférées des pirates informatiques.

Pour s’inscrire à bitcoin, il suffit de mettre en place un portefeuille virtuel, téléchargeable sur la toile, plus précisément sur les stores d’applications. Cette cybermonnaie est aujourd’hui considérée comme de l’argent réel. Elle permet d’acheter à la fois des biens et des services.

Certaines entreprises proposent la conversion de bitcoin en dollars, euros ou yuans et vis-versa. Le cours de cette monnaie informatique a notamment dépassé les 2 000 dollars en mai 2017. Cela est le résultat de la reconnaissance juridique du bitcoin comme étant une solution de paiement par le pays du soleil levant le 1er avril 2017.

Qu’est-ce-que la blockchain Ethereum ?

Ethereum est aujourd’hui une technologie blockchain aussi connue que le bitcoin. Fondée en 2014 par Vitalik Buterin, un jeune russo-canadien, Ethereum utilise également sa propre token : l’ETH (éther). Certes, le cours de l’éther est plus bas (222 dollars en mai 2017) que celui du bitcoin toutefois, sachez que c’est la 2e monnaie virtuelle la plus utilisée dans le monde.

Si bitcoin ne permet que la réalisation de transactions (c’est-à-dire des paiements), la blockchain ethereum regardent au-delà. En effet, celle-ci s’associent avec des “smart contract”, des protocoles informatiques qui exécutent automatiquement des actions validées au préalable par les utilisateurs du réseau. L’Ethereum est de plus en plus prisé par divers domaines, principalement le secteur de la banque et de l’assurance.

Bitcoin, Ether, Ripple, NEM, IOTA, Litecoin, Dash, Stratis, Bitshares…

La crypto-monnaie c’est comme l’argent, il en existe plusieurs types. Aujourd’hui, on en dénombre plus de 1000 et elles ont toutes leurs propres caractéristiques, c’est-à-dire, une fonction bien particulière et une utilisation distincte. Et qui plus est, de nouvelles se créent de jour en jour. En fait, créer sa propre monnaie virtuelle n’est pas si difficile à réaliser. En effet, vous pouvez facilement créer votre propre fork en récupérant le protocole du Bitcoin.

Ces 1000 cryptomonnaies présente aujourd’hui un capital environnant les 153 934 500 000 dollars US dont la moitié appartient à Bitcoin.

 

Cours en direct /24H

Suivez-nous sur Facebook

CoinMama: Buy Bitcoins with Credit Card